rencontre
Le cunnilingus
Accueil | Rechercher | Inscription Gratuite

Le cunnilingus :

Le cunnilingus (également désigné par le terme latin cunnilinctus, de cunnus "vulve" et lingere "lécher") est une pratique sexuelle orale qui consiste à stimuler les différentes parties de la vulve (mais surtout le clitoris) à l'aide de la langue et des lèvres principalement.
Le cunnilingus est l'équivalent féminin de la fellation. Les sensations du cunnilingus peuvent être amplifiées en pénétrant le vagin ou l'anus avec un ou plusieurs doigts, une partie du nez ou un objet.

Description
La pratique du cunnilingus est plus qu'une simple caresse intime, c'est une stimulation intense, qui peut mener la femme à l'orgasme. La sensibilité du clitoris étant très importante, le cunnilingus doit être pratiqué de façon progressive. L'utilisation de la salive ou de lubrifiant à base d'eau est courante et permet une stimulation douce ; sans cela, cette stimulation peut être trop rugueuse ou trop intense, voire douloureuse. Le clitoris, organe sexuel uniquement dédié au plaisir, est par sa grande irrigation nerveuse, le plus susceptible de répondre à ces stimulations orales. Le cunnilingus peut être aussi une simple caresse prodiguée avec les lèvres au pubis sans l'intention d'amener la femme à l'orgasme ; c'est alors un préliminaire.
Les sensations éprouvées par la personne qui pratique le cunnilingus sont surtout psychologiques : sentiment de complicité, plaisir de se consacrer à la satisfaction du désir de sa partenaire, de satisfaire un désir d'enfance (voir sous "les jupes des filles"), ou encore réalisation d'un fantasme de soumission, les motivations peuvent être assez variées.
Chaque femme possède son propre microbiote, sa propre odeur qui est fonction de son état d'excitation, de l'état d'avancement de son cycle menstruel et de son hygiène.

Histoire et signification culturelle
Bien que tabou dans la société occidentale jusque récemment, le cunnilingus a une place importante dans le taoïsme chinois. Ainsi, celui-ci considère-t-il que les fluides corporels sont des fluides vitaux, que les perdre engendre un amoindrissement de la vitalité et que, a contrario, les ingérer permet de recouvrer de cette vitalité, du qi.
"La grande médecine des trois crêtes montagneuses doit être trouvée dans le corps de la femme et se compose de trois jus, ou essences : un de la bouche de la femme, un autre de ses seins, et le troisième, le plus puissant, de la Grotte du Tigre Blanc, qui est à la Crête du Champignon Pourpre (Mont de Vénus)."
- Octavio Paz. Conjunctions and Disjunctions.
Selon Philip Rawson, ces métaphores mi-poétiques mi-médicinales expliquent la popularité du cunnilingus chez les Chinois : "La pratique était une excellente méthode pour boire le fluide féminin précieux."
Mais, idéalement, dans le taoïsme, l'homme n'est pas le seul à tirer profit de cette pratique, la femme bénéficiant également de l'échange de fluides. En mélangeant les liquides mâles et femelles, le taoïste vise à réconcilier les opposés et à renouer avec le temps mythique qui existait avant la séparation des sexes, c'est à dire la période primordiale du qi initial. Pour le sinologue Kristofer Schipper, les textes taoïstes sur l'"art de la chambre à coucher" décrivent une "sorte de vampirisme amélioré".
L'historien des religions Mircea Eliade parle d'un désir semblable de dépasser la vieillesse et la mort, et accéder à un état de Nirvâna, dans la pratique hindoue du yoga tantrique.
En Occident, sous l'Empire romain, le cunnilingus était déprécié car il était considéré comme une soumission de l'homme envers la femme. Preuve de cette condamnation morale, Suétone impute cette pratique à l'empereur Tibère dans l'inventaire des turpitudes sexuelles qu'il lui attribue.
Dans les lettres de Napoléon Bonaparte à sa femme Joséphine de Beauharnais, des passages font allusion au cunnilingus : "Un baiser plus bas, plus bas que le sein. [...] Tu sais bien que je n'oublie pas les petites visites ; tu sais bien, la petite forêt noire. Je lui donne mille baisers et j'attends avec impatience le moment d'y être."

Les variantes
- Missionnaire : La femme est couchée sur le dos ; elle peut mettre ses jambes sur son partenaire, les plier ou les écarter. Le partenaire est généralement couché mais il peut aussi être à genoux. Cette position classique permet une bonne excitation du clitoris et peut faciliter la venue de l'orgasme chez la femme.
- Debout : La femme peut être debout de face, le partenaire est alors assis ou agenouillé. C'est une position de transition où le clitoris est plus difficilement accessible et donc stimulable.
- Assise : La femme est assise sur une chaise ou tout autre support. Le partenaire est au sol, l'accès à la vulve est aisé et permet une bonne stimulation. Dans cette position la pénétration linguale est possible.
- Stimulation orale réciproque : voir position 69.
- Face-sitting : La femme est au dessus ou assise sur le visage du partenaire. Le cunnilingus peut être profond (pénétration linguale) et prolongé. Dans cette position la femme peut effectuer des mouvements pour guider son partenaire ou s'auto-stimuler contre son visage.

Cunnilingus, santé et hygiène
Le cunnilingus, comme la fellation, n'est pas une pratique sans dangers : il peut transmettre la plupart des maladies sexuellement transmissibles, comme l'herpès ou le condylome. Le risque de transmission du sida est en revanche extrêmement faible, pouvant survenir, par exemple, en cas de saignements chez les deux partenaires. La meilleure protection contre les risques de MST est l'utilisation d'un carré de latex, comme la digue dentaire ou une protection fabriquée à partir d'un préservatif masculin. Il est maintenant possible de trouver des produits spécialement destinés au cunnilingus. Il est recommandé d'appliquer un lubrifiant à base d'eau sur la vulve avant d'y poser le carré en latex.
En tant que pratique sexuelle orale, le cunnilingus demande une bonne hygiène des deux partenaires. Si malgré une hygiène irréprochable le partenaire se sent rebuté par l'odeur de la vulve, l'utilisation de lubrifiants aromatisés peut être une solution et ou l'adaptation du régime alimentaire.

Autres désignations
Cette pratique est aussi connue sous les noms suivants : faire minette, léchouille, broute-minou, brouter le gazon, bouffer ou brouter la chatte ou la motte, brouter une moule, pratiquer une tyrolienne, descendre au barbu, gamahucher ou encore gougnotter.
Manger et se faire manger sont des expressions souvent utilisées au Québec.

Texte d'après : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cunnilingus

[Haut de la page]
rencontre
Copyright © amourlove 2017 | Plan du site | Rechercher | CGU | Annuaire | Liens
rencontre
rencontre
Fermer cette boîte de dialogue
Pas encore inscrit ?
Merci de vous identifier ci-dessous
Votre Email
Votre Mot de passe
Si vous avez oublié vos codes cliquez ici
 Se connecter automatiquement à chaque visite  
Fermer cette boîte de dialogue
Inscription Rapide et Gratuite sur Amourlove
Vous êtes
Vous recherchez
Date de naissance
     
Votre email
Votre Pays
Votre département
Votre prénom (pseudo)
Votre Mot de passe
Code de sécurité
Fermer cette boîte de dialogue